Judaisme, Islam, Christianisme orthodoxes en France et de la monde.

Regard sur les religions orthoxes dans le monde, Islam, Judaisme et christianisme.

Stéphane Lehr, photo-journaliste  flux rss  envoyer à un(e) ami(e)  imprimer la page  administration  french

Les religions orthodoxes - reportage

Le terme judaïsme orthodoxe recouvre les croyances et pratiques des Juifs fidèles à la loi écrite et à la loi orale, transmises à Moïse au Mont Sinaï.

Reportage photos réalisé en France.

Le mouvement Habad (mouvement loubavitch) est né en Biélorussie en Europe de l'Est, et fait remonter ses origines au tout début du Judaïsme hassidique. Implanté en France dans les années 1960, il compte maintenat plus de 20 000 membres.

La circoncision consiste en l’ablation totale ou partielle du prépuce, laissant ainsi le gland du pénis à découvert. Cette pratique sociale existe depuis l’Antiquité dans plusieurs religions.Les juifs prient trois fois par jour. En groupe ou seul, dans une synagogue ou à la maison et toujours en direction de Jérusalem.Pour la prière du matin, en semaine, les hommes portent un châle de prière à franges, le tallith et  et des phylactères appellés tefillin usages inspirés de divers passages de la Bible.Par respect pour Dieu, les hommes se couvrent la tête durant la prière avec un chapeau ou une calotte. Les Juifs pieux le portent constamment pour manifester la permanence de la présence divine.Un jeune garçon et son père se trouve dans une synagogue pendant la prière du matin. Pour la première fois, l'enfant dont c'est l'anniversaire aura le privilège de lire avec les adultes.Dans une Yéshiva (école talmudique), un juif religieux étudie un texte de la Torah.Texte de la Torah, un marque page à l'effigie de gros minet fait face à un marque page ou se trouve la photo du rabbin des Loubavitchs Menachem Mendel Schneerson.Instant de détente entre  Isaac juif loubavitch et son jeune fils.  entre un moment de prière et d'étude.Avant le couché des enfants, une mère vérifie que tout soit conforme aux règles religieuse. La toilette et les prières dument  réaliser.Le judaïsme plonge ses racines dans la Bible hébraïque, comprenant la Torah ou Pentateuque.Le rite commun à tous les services religieux juifs est une série de bénédictions appelée Tefillah ( prière ), Amidah ( prière debout ), ou Shemoneh Esreh.Le jour de ses 3 ans, une grande fête est réalisé en l'honneur de l'enfant. Dans sa classe , entouré des ses copains, un rabbin vient lui donner sa bénédiction.

Le Judaïsme orthodoxe maintient la vision traditionnelle du Talmud comme exacte expression de la loi orale transmise à Moïse en même temps que la Torah.

Le mariage est l’institution la plus fondamentale de la Tradition juive. Il est à l’origine de la cellule familiale qui, de tout temps, a été le maillon de la continuité du peuple juif.Un farbrengen est un grand repas réunissant toute la communauté. C'est un moment de joie et de fête. Les hommes mangent, boivent et dansent jusqu'à l'épuisement.Un farbrengen est un grand repas réunissant toute la communauté. C'est un moment de joie et de fête. Les hommes mangent, boivent et dansent jusqu'à l'épuisement.Dans le judaïsme, le kiddouch est une bénédiction prononcée sur une coupe de vin cacher ou de jus de raisin cacher lors du chabbat ou d'un jour de fête.Dans la Yeshiva (école talmudique) de Paris, des hommes prient pendant la prière du soir. La journée est marquée par de nombreuses prières du lever au coucher.Dans la Yeshiva (école talmudique) de Brunoy, des hommes prient pendant la prière du soir. La journée est marquée par de nombreuses prières du lever au coucher.


Les offices de prières juifs sont des récitations de prières en communauté, qui forment une importante part de la pratique du judaïsme. Ces prières sont transcrites dans un siddour (livre de prières juives traditionnel), souvent accompagnées d'instructions et de commentaires.

Une yechivah, ou yeshivah est un centre d'étude de la Torah et du Talmud dans le judaïsme orthodoxe. Chaque yeshiva est généralement dirigé par un rabbin.Dans la petite synagogue de Yerres, des juifs loubavitch lisent l'histoire de la reine Esther pendant la fête de Pourim.Pendant la fête de Souccoth ( fête de Cabanes), un homme prie avec dans ses mains, une myrte, une branche de palmier, une feuille de saule et un cédrat.Isaac explique à ses deux neveux l'histoire de la fête de Souccoth. L'enfant prend dans ses mains une myrte, une branche de palmier, une feuille de saule et un cédrat avec lesquels il fera une prière

Fête de Pourim

Reportage photos réalisé en France.

Pourim est une fête juive qui commémore la délivrance des Juifs par le roi de Perse du complot mené par Haman, un vizir, qui avait planifié leur extermination, ainsi que relaté dans le Livre d'Esther (Meguila). Les Juifs se trouvaient en effet sous domination perse après la prise de Babylone, où ils avaient été gardés en captivité depuis le VIe siècle av. J.-C.



Fête de Pourim. Les déguisements de Pourim font écho à cette confusion des sens, comme pour indiquer que l'on ne sait plus qui est qui.La fête de pourim commémore la délivrance du peuple juif du plan d'Haman, le ministre du roi Assuérus qui planifia leurs morts.Fête de Pourim. La coutume du déguisement pendant Pourim est apparue en Italie vers la fin du quinzième siècle sous l’influence du carnaval romain.Fête de Pourim. Les juifs se commémorent la vie de la reine Esther.Pourim est une fête juive qui commémore la délivrance des Juifs par le roi de Perse du complot mené par Haman son visir.La fête de Pourim est la célébration du miracle qui a sauvé les juifs en Perse, vers l'an 480.

Les juifs de Novardok

Une vingtaine de familles juives ultra orthodoxes, appelés Novardok, vivent près de Meaux en France. Ces Juifs orthodoxes étudient la Torah tout au long de la journée.

Le mouvement Novardok est l'un des nombreux mouvements du Judaïsme orthodoxe. Avant la grande guerre, la Russie et l'Ukraine comptaient près de 5 millions de juifs. Chaques villages ou se trouvaient une communauté juive, avaient sa "propre facon" de vivre leur pratique religieuse. Chacun avaient leurs uses et coutumes, selon les méthodes d'enseignements des rabbins.
La communauté Novardok venait d'un petit village qui se nommait Novardok.
Leurs manières de prier est commune aux autres tendances des juifs orthodoxes avec cette particularité qu'ils prient et pleurent à chaque rappels de la souffrance du peuple juif et aux malheurs d'Israël.
Les personnes suivants ce mouvement étudient toute la journée, la TV, radio ou autres magazines sont proscrient... Seul la Torah est le livre de référence ou se trouvent les solutions aux questions.

Un vieux rabbin étudie la Torah dans un mobil Home. Il prépare son cours de Talmud (étude biblique) qu'il enseignera plus tard à ses élèves de la Yeshiva.Trois jeunes garçons prennent un moment entres deux cours de Torah.  A leurs ages, l'hebreu et le yiddish sont deux langues qu'ils comprennent parfaitement, ce qui est loin d'être le cas du français.Nathanaël enseigne le talmud à deux élèves. Le talmud est le texte de la loi oral qui explique la loi écrite.Un père vérifie le niveau de connaissance de ses fils. Entre rigueur et jeux, les difficultés d'apprendre sont souvent plus simples pour les tous petits.Les papillotes sont les mèches de cheveux (une de chaque coté du visage) portées sur les tempes par les hommes et les jeunes garçons Juifs orthodoxes. Cette pratique fait partie de 613 commandements.Les papillotes sont les mèches de cheveux (une de chaque coté du visage) portées sur les tempes par les hommes et les jeunes garçons Juifs orthodoxes. Cette pratique fait partie de 613 commandements.Les juifs de Novardok mélangent les prières et les pleurs. Tout au long de celle ci, lors du rappel de la souffrance du peuple juifs, les hommes crient et pleurent comme une déchirure.Six jours sur sept, les prières et l'étude de la Torah rythment la vie des hommes et des femmes, le septième jours étant celui du repos.Trois jeunes garçons vérifient que les poussins nées il y a quelques jours vont bien. Devant l'appareil, ils jouent mais sont vite rappelé par leur maitre afin de retourner à leurs études.Deux jeunes juifs Novardok discutent dans les escaliers de leur immeuble. Nathanaël et son ami discutent de leurs futurs. Nathanaël allant se mariédans quelques mois.Un père vérifie les prières << du Shéma Israël >> que ses enfants réalisent chaque soirs avant d'aller se coucher.Dans la petite synagogue, les hommes enlèvent leurs chapeaux et leurs manteaux afin d'être plus à l'aise pour prier.


Le Baal Shem Tov est le fondateur du mouvement Hassidim. Il fit un rêve et vit le Mashiah (le Messie) qui lui donna comme mission de répandre le Judaisme dans le monde afin qu'il puisse (le Messie) venir sur terre.

L'enseignement du Baal Shem Tov est perpétué au travers de très nombreux courants du hassidisme, parmi lesquels les plus connus sont Habad, Braslav, Satmar, Belz, Vishnitz et Gour, pour n'évoquer que les plus grands mouvements.

Les juifs de Novardok mélangent les prières et les pleurs. Tout au long de celle ci, lors du rappel de la souffrance du peuple juifs, les hommes crient et pleurent comme une déchirure.L'étude peut se faire seul ou à deux afin d'échanger et d'approfondir les textes de la Torah.La journée de ce jeune homme sera rythmé par les prières et l'étude de la Torah tous les jours de la semaine sauf le Shabbat.La famille est très importante dans la religion juive. C'est l'identité du peuple juif et de ses valeurs.Les juifs de Novardok mélangent les prières et les pleurs. Tout au long de celle ci, lors du rappel de la souffrance du peuple juifs, les hommes crient et pleurent comme une déchirure.Moment de détente entre deux cours de Talmud. Nathanaël et son ami réfléchissent et s'interrogent sans cesse sur les textes qu'ils viennent d'apprendre.

Le judaïsme Yéménite est comme un pont entre le judaïsme ancien et moderne ».

Reportage photos réalisé au Yemen.

Pour beaucoup de juifs yéménites, la prophétie s’est réalisée. L’Aigle a pris les formes d’un C-46 ou d’un DC-4 aux couleurs d’Alaska Airlines. De juin 1949 à septembre 1950, au départ d’Aden, dans le sud, 380 rotations aériennes ont conduit 50 000 juifs yéménites dans le nouvel Etat d’Israël. La discrète opération a été baptisé « Tapis magique »
L’opération concerna en tout 49 000 personnes, seuls 1200 juifs décidant de rester au Yémen.
En 2009, ils ne sont plus que 350 vivants au nord du pays prés de la frontière avec l'Arabie saoudite dans les ville de Saada et de Raida.
Harcèlement, pressions et parfois attaques envers cette petite communauté par des extrémistes musulmans y sont malheureusement très courantes dans ce pays.
En Décembre 2008, le rabbin Moshe Nahari, 38 ans fut tué par Abdul Aziz Yahya Al-Abdi, un yéménite , ancien pilote de l'armée de l'air, qui fut déclaré mentalement instable…
Quelques semaines plus tard, l'offensive israélienne à Gaza aggrave encore les tensions entre Juifs et musulmans. Les conflits en Irak et en Afghanistan laisse penser à un avenir très compliqué pour cette petite communauté.

Les Juifs du Yémen ont été menacés par des islamistes. Ainsi, les quelques Juifs qui restent de la communauté juive millénaire seront protégés par l'État en étant transférés dans un ghetto.La communauté qui s'est formée au Yémen avec ses traditions et son mode de vie propre, fut l'une des plus insulaires du monde juif, car elle a peu de contacts avec les autres communautés diasporiques.La communauté juive a connu une très grande longévité et, du fait d’un relatif isolement, a maintenu presque intactes, jusqu’à son départ pour Israël, ses traditions religieuses et sa culture.


La diaspora yéménite est l'une des plus anciennes du monde. Certains récits la font remonter au IIème ou au IIIème siècle de notre ère, mais il semblerait plus probable qu’elle
se soit développée par l'arrivée de marchands et de négociants dès avant la destruction du deuxième Temple, en 70 après l'ère chrétienne.

Le mur des lamentations fait partie d'un plus grand site religieux de la vieille ville de Jérusalem.

Reportage photos réalisé en Israël.

Le mur des lamentations est un mur de soutènement de l'esplanade du Temple de Jérusalem datant du temps de la construction du Temple d'Hérode. Il est révéré par les juifs pour sa proximité avec le Saint des Saints situé sur le mont du temple, qui est le lieu le plus saint du judaïsme. Cela signifie que le Mur occidental est considéré comme l'endroit le plus saint généralement accessible aux juifs pour la prière.

Hommes et femmes juifs viennent en effet prier ou se recueillir à toute heure auprès du mur. Une cloison séparant hommes et femmes a également été installée.

Le catholicisme traditionaliste est un courant de pensée qui refuse certaines parties de l'enseignement de l'Église.

Reportage photos réalisé en France

Le catholicisme traditionaliste est un courant de pensée du catholicisme qui refuse certaines parties de l'enseignement de l'Église depuis Vatican II. Le catholicisme traditionaliste revendique son attachement au rite tridentin, connu aussi sous le nom de « messe de saint Pie V »


Avant le départ, une grand-messe en latin a été célébrée samedi matin à l’extérieur de la cathédrale de Chartres. Puis tout au long du parcours des prières seront récitées.Entre 11.000 et 14.000 catholiques traditionalistes ont entamé samedi matin un pélerinage de Chartres-Paris, à l’occasion du week-end de la Pentecôte.Prés de 4.000 fidèles participent au “pélerinage de tradition”, sur le thème “des prêtres pour l’Eglise”, de la Fraternité Saint Pie X, parti samedi matin à pied de Chartres en direction de Paris.Parmi les fidèles, se trouvaient de nombreux jeunes en tenue de scout et des prêtres en soutane. Des pèlerins portent des drapeaux de différents pays et des étendards de troupes scouts.


Le traditionalisme peut être divisé en trois mouvances ayant chacune leurs caractéristiques:

- La communautés traditionnelles Ecclesia Dei rattachés au Saint-Siège, qui acceptent le concile Vatican II et qui reconnaissent pleinement l'autorité du pape.
- La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X fondée par Mgr Lefebvre, qui refuse d'appliquer les enseignements de Vatican II.
- La mouvance sédévacantiste qui refusent l'application de Vatican II mais aussi toute autorité romaine car ils ne reconnaissent, en général, aucun pape depuis Jean XXIII.

Selon les organisateurs, 6.000 pèlerins sont partis samedi matin de Chartres pour arriver lundi après-midi à Paris pour fêter la pentecôte.

Au Yémen, la religion est toute-puissante: c'est un état islamique régi par la sharia.

Reportage photos réalisé au Yémen.

L'islam yéménite est composé de deux courants religieux principaux : le zaydisme, issu du chiisme, très implanté dans le nord du pays (env. 45 % de la population) et le chaféisme, issu du sunnisme et davantage implanté dans le Sud (environ 55 % de la population).
Les chiites zaydites et les sunnites chafiites rassemblent au moins 98 % de la population totale. La petite communauté des ismaéliens compte quelque 75 000 membres. Une petite communauté juive existe au Yémen.
Le sunnisme se subdivise en école de droit ou madhhab , les quatre principales étant le malékisme , le hanafisme , le chaféisme et le hanbalisme , dont une manifestation moderne est le wahabisme et le salafisme.

Lors des funérailles de l'iman Ali, l'iman de la ville de Séyoun et conduit par ses fideles jusqu'a la grande mosquée, lieu ou se déroulera les 3 jours de deuil.Avant de commencer les prières,  les musulmans font leurs ablutions, c'est une purification rituelle de certaines parties du corps. L'eau est un symbole de purification.École de Dar el Moustapha. La plus grande école coranique du pays ou s'y croisent toutes les nationalités. L'islam radical y est enseigné avec un seul but, propagé la religion islamique dans le monde.Dans la ville de Séyoun se préparent les funérailles de l'imam Ali grand maitre de la communauté Shafiites. Trois jours de prières et chants sont récités dans toutes les mosquées et écoles coraniques.La Grande Mosquée de la vieille ville est la plus ancienne mosquée de la ville de Sana'a et la première mosquée construite au Yémen.La grande mosquée est un témoignage de l'architecture islamique de la vieille ville de Sana'a due à la particularité de son architecture yéménite traditionnelle et ses arts architecturels islamiques.De vieux manuscrits ont été découvert dans la grande mosquée. Certains fragments ont été écrits en hijazi, la calligraphie la plus ancienne du Coran, où les points et les accents ne sont pas indiqués. Les hommes étudient et prient dans la grande mosquée de Sanaa. En 1984 pendant la restauration, 12 000 fragments de parchemins et de manuscrits datant des 7e et 8e siècles ont été trouvés.


Le sunnisme est le courant religieux majoritaire de l'islam. Il représente 85 à 90% des musulmans dans le monde.

École de Dar el Moustapha. Toutes les nationalités y sont représentées, un islam rigoriste et radicale y est enseigné.Jours et nuits, les musulmans de la ville de Séyoun prient pendant les 3 jours de funérailles de l'imam Ali (grand maitre de la communauté Shafiites 767/820 )Dans la grande mosquée de Sanaa, à toutes heures de la journée, les hommes prient et étudient de très vieux textes du Coran.La grande mosquée de Sanaa est considérée comme une des plus anciennes. Elle représente le symbole spirituel, historique et archéologique de l'Islam dans le monde musulman. 

 retour haut de page

site réalisé par neuro-graph

© Stéphane Lehr - 17 rue de la liberté - 94300 Vincennes - France - tel: 06 62 05 70 30